PRIER AVEC...

Le pape François pour jeudi 21 avril 2022

Audience générale, 20 avril 2022

AUDIENCE GENERALE

Mercredi 20 avril

Catéchèse sur la vieillesse :  » Honore ton père et ta mère  » : l’amour d’une vie vécue.

Play Video

Chers frères et sœurs, bonjour !

Aujourd’hui, avec l’aide de la Parole de Dieu que nous avons entendue, nous ouvrons un passage à travers la fragilité de la vieillesse, marquée de manière particulière par les expériences de perte et de découragement, de perte et d’abandon, de désillusion et de doute. Bien sûr, l’expérience de notre fragilité face aux situations dramatiques – parfois tragiques – de la vie peut survenir à tout moment de la vie. Cependant, avec la vieillesse, ils peuvent faire moins d’effet et induire chez les autres une sorte d’accoutumance, voire d’agacement. Les blessures les plus graves de l’enfance et de la jeunesse provoquent à juste titre un sentiment d’injustice et de rébellion, une force de réaction et de lutte. D’autre part, les blessures, même graves, de la vieillesse s’accompagnent inévitablement du sentiment que, de toute façon, la vie ne se contredit pas, puisqu’elle a déjà été vécue. Et donc, les anciens sont aussi quelque peu retirés de notre expérience : nous voulons les supprimer.

Dans l’expérience humaine commune, l’amour – comme on dit – est descendant : il ne retourne pas à la vie qui est derrière avec la même force avec laquelle il se déverse sur la vie qui est encore devant nous. La gratuité de l’amour y apparaît aussi : les parents le savent depuis toujours, les anciens l’apprennent tôt. Néanmoins, la révélation ouvre la voie à un autre retour d’amour : c’est la manière d’honorer ceux qui nous ont précédés. La manière d’honorer ceux qui nous ont précédés commence ici : honorer les personnes âgées.

Cet amour particulier qui ouvre la voie sous forme d’honneur – c’est-à-dire de tendresse et de respect à la fois – destiné aux personnes âgées est scellé par le commandement de Dieu. « Honore ton père et ta mère » est un engagement solennel, le premier de la « deuxième table » des dix commandements. Il ne s’agit pas seulement de son père et de sa mère. Il s’agit de la génération et des générations précédentes, dont le départ peut également être lent et prolongé, créant un temps et un espace de coexistence durable avec les autres âges de la vie. En d’autres termes, il s’agit de la vieillesse de la vie.

L’honneur est un bon mot pour encadrer ce domaine de restitution de l’amour qui concerne la vieillesse. C’est-à-dire que nous avons reçu l’amour des parents, des grands-parents, et maintenant nous leur rendons cet amour, aux personnes âgées, aux grands-parents. Aujourd’hui, nous avons redécouvert le terme « dignité », pour indiquer la valeur du respect et de l’attention à la vie de chacun. La dignité, ici, est essentiellement équivalente à l’honneur : honorer les pères et les mères, honorer les personnes âgées, c’est reconnaître la dignité qu’ils ont.

Réfléchissons bien à cette belle déclinaison de l’amour qu’est l’honneur. Le soin même des malades, le soutien de ceux qui ne sont pas autosuffisants, la garantie de subsistance, peuvent manquer d’honneur. L’honneur fait défaut lorsqu’un excès de confiance, au lieu de s’exprimer par la délicatesse et l’affection, la tendresse et le respect, se transforme en rudesse et en prévarication. Quand la faiblesse est reprochée, et même punie, comme si c’était une faute. Quand l’incompréhension et la confusion deviennent une ouverture pour la dérision et l’agression. Cela peut se produire même à la maison, dans les maisons de soins, ainsi que dans les bureaux ou dans les espaces ouverts de la ville. Encourager chez les jeunes, même indirectement, une attitude de condescendance – et même de mépris – pour la vieillesse, ses faiblesses et sa précarité, produit des choses horribles. Elle ouvre la voie à des excès inimaginables. Les jeunes qui mettent le feu à la couverture d’un « clochard » – nous l’avons vu – parce qu’ils le considèrent comme un rebut humain, sont la partie émergée de l’iceberg, c’est-à-dire du mépris pour une vie qui, loin des attraits et des élans de la jeunesse, apparaît déjà comme une vie de gaspillage. Bien souvent, nous pensons que les vieux sont à jeter ou nous les mettons au rebut ; nous méprisons les vieux et les écartons de la vie, les mettant de côté.

Ce mépris, qui déshonore l’aîné, nous déshonore tous en fait. Si je déshonore l’aîné, je me déshonore moi-même. Le passage du livre du Siracide, que nous avons entendu au début, est très sévère à juste titre sur ce déshonneur, qui crie vengeance aux yeux de Dieu. Il y a un passage dans l’histoire de Noé qui est très expressif à cet égard. Le vieux Noé, héros du déluge et toujours travailleur, est inconscient après avoir bu quelques verres de trop. Il est déjà vieux, mais il a trop bu. Ses fils, pour ne pas le réveiller dans l’embarras, le couvrent doucement, les yeux baissés, avec un grand respect. Ce texte est très beau et dit tout sur l’honneur dû au vieillard ; couvrir les faiblesses du vieillard, pour ne pas lui faire honte, est un texte qui nous aide beaucoup.

Malgré toutes les dispositions matérielles que les sociétés les plus riches et les plus organisées mettent à la disposition de la vieillesse, et dont nous pouvons certainement être fiers, la lutte pour la restitution de cette forme particulière d’amour qu’est l’honneur me semble encore fragile et immature. Nous devons tout faire pour la soutenir et l’encourager, en offrant un meilleur soutien social et culturel à ceux qui sont sensibles à cette forme décisive de « civilisation de l’amour ». Et sur ce point, je me permets de conseiller les parents : s’il vous plaît, rapprochez vos enfants, les jeunes enfants des personnes âgées, rapprochez-les toujours. Et lorsque la personne âgée est malade, un peu hors d’elle, approchez-vous toujours d’elle : faites-lui savoir que c’est notre chair, que c’est ce qui nous a permis d’être ici maintenant. Ne repoussez pas les personnes âgées. Et s’il n’y a pas d’autre solution que de les envoyer dans une maison de retraite, rendez-leur visite et amenez les enfants les voir : ils sont l’honneur de notre civilisation, les vieux qui ont ouvert les portes. Et bien souvent, les enfants l’oublient. Je vais vous raconter quelque chose de personnel : à Buenos Aires, j’adorais visiter les maisons de retraite. Je suis souvent allé rendre visite à chacun d’eux. Je me souviens d’une fois où j’ai demandé à une dame : « Combien d’enfants avez-vous ? » – « J’en ai quatre, tous mariés, avec des petits-enfants. » Et elle a commencé à me parler de la famille. « Est-ce qu’ils viennent ? » – « Oui, ils viennent toujours ! » Lorsque j’ai quitté la chambre, l’infirmière, qui avait entendu, m’a dit : « Père, vous avez dit un mensonge pour couvrir vos enfants. Personne n’est venu depuis six mois ! » C’est se débarrasser de l’ancien, c’est penser que l’ancien est un déchet. S’il vous plaît : c’est un péché grave. C’est le premier grand commandement, et le seul qui dit le prix : « Honore ton père et ta mère, et tu auras une longue vie sur terre ». Ce commandement d’honorer les anciens nous donne une bénédiction, qui se manifeste de cette manière : « Vous aurez une longue vie ». S’il vous plaît, chérissez l’ancien. Et s’ils perdent la tête, chérissez-les quand même parce qu’ils sont la présence de l’histoire, la présence de ma famille, et grâce à eux je suis là, nous pouvons tous dire : grâce à vous, grand-père et grand-mère, je suis vivant. S’il vous plaît, ne les laissez pas seuls. Et ceci, pour soigner les vieux, n’est pas une question de cosmétique et de chirurgie plastique : non. Il s’agit plutôt d’une question d’honneur, qui doit transformer l’éducation des jeunes sur la vie et ses étapes. L’amour de l’humain qui nous est commun, y compris l’honneur de la vie vécue, n’est pas une affaire de vieux. Il s’agit plutôt d’une ambition qui fera briller les jeunes qui hériteront de ses meilleures qualités. Que la sagesse de l’Esprit de Dieu nous permette d’ouvrir l’horizon de cette véritable révolution culturelle avec l’énergie nécessaire.