AU FIL DES JOURS...

Souffle

Edition du

20/05/2024

Consolation

Consolation

Il y a quelque chose de tendre et de rassurant à voir un enfant se laisser consoler dans les bras de son père ou de sa mère. Si les larmes ne sont pas encore séchées sur les joues de l’enfant, la promesse d’un apaisement est là, la peine est partagée, comme prise en charge par ce parent qui l’aime. L’enfant le sait, il le sent, il n’est plus seul dans son chagrin. 

Parfois, il m’arrive d’envier l’enfant que je ne suis plus. 

Toi qui souffres en ce moment, sans une épaule sur laquelle pleurer, un cœur attentif à qui confier ta peine, ton angoisse, ce drame intime, peut-être te raisonnes-tu en pensant que ce sont les enfants que l’on console, qu’à ton âge, on assume les épreuves de la vie, on n’ennuie pas les autres avec ses « problèmes ». Pourtant, tu te dis parfois que cela te ferait tellement de bien de verser tes larmes entre les bras d’une personne compréhensive. 

Dans la Bible, Dieu se manifeste souvent comme celui qui console, qui réconforte. C’est ainsi qu‘il s‘adresse à son peuple, par la bouche du prophète Isaïe : “Comme un enfant que sa mère console, ainsi, je vous consolerai. Oui, dans Jérusalem, vous serez consolés. 

Quelle tendresse dans ces paroles ! Dieu est sensible aux larmes de son enfant. Que tu sois croyant ou non croyant, il veut te consoler par sa Parole, par sa présence discrète à tes côtés, parfois aussi en t’envoyant, de manière inattendue, quelqu’un à qui parler et qui va te comprendre. 

Voici une proposition de trois petits pas pour t’ouvrir à la consolation de Dieu cette semaine : 

– écris sur une feuille ta souffrance et ton besoin d’être consolé ; car mettre des mots sur ses maux, c’est déjà prendre de la distance ; 

– cherche quelqu’un à qui te confier, en toute discrétion, en contactant par exemple le service Ecoute&Prière ; 

– entre dans une église pour parler à Dieu et lui dire ou lui lire ce que tu as écrit ; s’il y a là une corbeille où déposer ton intention, laisses-y ta feuille. 

Allez, bonne semaine ! 

Témoignage – “A chaque fois que je tombais, ce fil venait me relever” 

Fragilisée par la maladie de son père, Marie-Liesse se ferme peu à peu aux autres. En décidant de se laisser porter par la prière de son entourage, elle découvre L’ami avec lequel elle chemine désormais tous les jours..

Article – Sur la table d’opération, Dieu m’a apaisée.

Si l’espérance de vie du couple peut dépasser un demi-siècle, mieux vaut partir sur de bonnes bases et apprendre l’art de la communication !

 

Une mouette rieuse peut-elle consoler un saule pleureur ?”  

Sylvain Tesson

Retrouvez d'autres publications de cette édition

AU FIL DES JOURS...

Souffle

Vous pouvez y accéder en vous abonnant à l'email de prière ou en téléchargeant l'application "Prier Aujourd'hui"